Témoignages des enseignants

golletymathildepetite

Interview de Mathilde GOLLETY, Professeur en Sciences de Gestion

Je dirige deux formations en marketing au sein de l’université Paris 2 Panthéon Assas. Elles sont toutes deux en apprentissage et donc adossées au CFA FORMASUP Paris.
L’une, le Master 2 Marketing et Communication des Entreprises (M2 MCE), est ancienne, bien installée dans le paysage des formations universitaires.
L’autre, le Master 2 Intelligence Marketing et Mesure des Marchés, bientôt nouvellement renommé Data Marketing Intelligence (M2 I3M /DMI), a ouvert en apprentissage en septembre 2016. Cette formation est complémentaire de la précédente et permet ainsi d’élargir l’offre de formation en marketing de l’université Paris 2. Ces deux formations ont comme spécificité d’avoir été pensées et conçues en étroite relation avec les milieux professionnels (Association des Agences Conseil en Communication et Médiamétrie pour le M2 Marketing et Communication des Entreprises ; Médiamétrie et l’IREP pour le M2 Intelligence Marketing et Mesure des Marchés), qui sont pleinement parties prenantes de la formation. Concrètement, les enseignements sont assurés à 40% par des académiques, et à 60% par des professionnels, professeurs associés au sein de l’université ou manager, directeurs dans des entreprises ou agences de communication, ayant une vraie appétence pour la transmission et une expertise pointue à partager.

- Quelles compétences estimez-vous devoir trouver chez un jeune pour qu’il devienne apprenti au sein de votre formation ?

La curiosité d’esprit, l’autonomie, l’esprit d’initiative et la capacité de travail me semblent être des compétences indispensables pour pouvoir mener à bien ces cursus universitaires exigeants. Un apprenti au sein du M2 MCE ou M2 I3M /DMI doit s’impliquer dans la formation sur des projets connexes qui participent à son rayonnement (organisation de conférences, animation de tables rondes, participation à la création d’un site internet, organisation de visites d’entreprises….). On reproche souvent aux universités de ne pas suffisamment développer de réseaux d’anciens étudiants. Rappelons que contrairement aux écoles, nous n’avons pas ou peu de ressources pour le faire. Pour pallier à cela, c’est en mettant les étudiants dans une posture active et impliquée que l’équipe pédagogique espère fédérer un esprit « MCE » « I3M/DMI » dont les anciens se rappelleront quand ils chercheront eux –même un apprenti ou qu’ils auront besoin d’embaucher ou encore qu’il leur faudra verser leur taxe d’apprentissage.

- Quels avantages l’apprentissage offre à votre formation par rapport à une formation académique classique ?

L’apprentissage est un formidable tremplin pour l’insertion professionnelle des jeunes. Par l’alternance entre des temps en entreprise et des temps à l’université, nos étudiants ont ainsi l’opportunité d’acquérir les bases théoriques solides qui leur permettront de prendre de la hauteur par rapport à des situations concrètes rencontrées dans le cadre de leur mission en entreprise. N’oublions pas aussi que plus de la moitié de nos étudiants en apprentissage voient leur contrat se prolonger sous une forme ou une autre dans leur entreprise d’accueil.

- Quelles sont les difficultés d’un parcours universitaire en apprentissage ?

Un parcours universitaire en apprentissage est exigeant. Le rythme y est dense. Les étudiants apprentis doivent exceller aussi bien dans le cadre des travaux ambitieux qui leur sont demandés (résolution de cas, mémoire, campagne de communication à monter intégralement…) que dans le cadre des missions qui leur sont confiées en entreprise. Il faut donc qu’ils soient prêts à tout donner cette année-là ! C’est ce qu’ils font la plupart du temps, avec enthousiasme et appétit !